Une vie éthique ? n°1

07:07

Depuis quelques années maintenant, j'ai envie de moins polluer, moins consommer, moins gaspiller, et surtout d'avoir un impact moins négatif sur le monde. Pour faire le bien autour de moi, j'ai toujours voulu faire de l'humanitaire -je vous en parlerai d'ailleurs dans un prochain article-, et je me suis rendue compte un peu plus tardivement que je pouvais déjà faire des millions de choses simples dans ma vie pour avoir un impact positif. J'aimerais vous écrire plusieurs articles à ce sujet, à propos de l'alimentation, de la mode, des produits de soin... Et je commence aujourd'hui par la mode.
Comme vous le savez probablement, l'industrie de la mode est devenue l'une des plus polluantes au monde. Elle est notamment à l'origine de 10% des émissions de CO2 -en dépassant donc le trafic aérien et maritime-.

 L'étape de la prise de conscience
Ma prise de conscience a été longue -et douloureuse-. C'est un sujet qui m'a toujours intéressé, mais aussi un peu effrayé parce que j'avais la sensation de ne pas être capable de m'améliorer dans ce domaine. Et puis j'ai grandi, et j'arrive de mieux en mieux à agir en ce sens. L'un de mes déclics clés a été le visionnage de The True Cost, disponible sur Netflix.
En fait, cette problématique a toujours été présente dans un petit coin de ma tête, sans que je ne m'en occupe jamais réellement. Je suis devenue à partir de l'adolescence une grande acheteuse de vêtements, et évidemment dans des magasins de grande consommation, bon marchés, tels que Zara, Mango, H&M...Tout en sachant pertinemment que la plupart de mes vêtements étaient donc fabriqués dans des conditions terribles à l'autre bout du monde, et avec en plus de ça des matières premières polluées et polluantes. Du coup, j'ai regardé The True Cost. Dans ce documentaire, on nous explique d'où viennent nos vêtements, comment ils sont fabriqués, par qui, et donc pourquoi il faudrait consommer autrement. Je vous laisse aller le regarder, il est vraiment très intéressant et fait véritablement ouvrir les yeux sur le sujet.

La plupart de nos vêtements sont donc aujourd'hui fabriqués à l'étranger, et principalement dans les pays dans lesquels la main d’œuvre est bon marché : Chine, Turquie, Bangladesh... Il vous suffit de regarder l'étiquette de vos vêtements pour vous en rendre compte ; et en fin de compte vous en êtes déjà conscient(e)s. Ce dont on ne se rend pas compte, parce qu'on ne le voit pas, c'est tout ce qui se cache derrière la production de ces vêtements. Les conditions de travail de ces hommes et de ces femmes -parfois même de ces enfants-.

La mode est devenue extrêmement éphémère, allant jusqu'à 52 saisons par an. Oui, oui, 52 saisons. Par an. C'est complètement hallucinant. C'est la preuve irréfutable que nous nous trouvons dans une véritable société de consommation. Il faut donc produire toujours plus de vêtements et d'accessoires, toujours plus vite, et toujours moins cher. Les produits deviennent quasiment des produits à usage unique. Mais cette compétition des coûts a des répercussions sur les conditions de travail de ceux qui fabriquent nos vêtements, conditions qui sont donc totalement insalubres. Un ouvrier textile au Bangladesh touche ainsi moins de 2$ par jour -ce qui est donc en dessous du seuil de pauvreté-. La sécurité n'est donc absolument pas une préoccupation pour leurs employeurs, d'où le terrible incident du Rana Plaza au Bangladesh. En 2013 l'effondrement de ce bâtiment de 8 étages a fait plus de 1100 morts -les ateliers de confection travaillaient notamment pour Mango, Benetton ou Primark-. Si vous voulez en apprendre plus à ce sujet, je vous laisse visionner ce documentaire !

Vous pouvez suivre l'initiative Fashion Revolution et leur démarche "Who made your clothes ?" sur les réseaux ; ils luttent pour une mode plus éthique, plus transparente et juste, en laquelle on puisse avoir confiance.

Mais alors, comment agir ?
J'ai mis du temps à trouver des alternatives. Je trouvais le Made in France très cher -si vous en avez les moyens allez-y- et parfois peu fiable : faites attention aux étiquettes. C'est un peu la même chose avec les marques éthiques, elles sont souvent très chères, alors j'ai un peu de mal à sauter le pas. En fait, j'aime surtout voir des vêtements avant de les acheter, donc je n'adhère pas spécialement au fait de les choisir en ligne, surtout lorsque leur prix est aussi conséquent. Si acheter sur Internet ne vous dérange pas, alors vous pourrez trouver votre bonheur j'en suis certaine.

Vous pouvez également choisir d'acheter de seconde main ! Tout d'abord, j'ai essayé de le faire sur Vinted, mais je ne suis pas fan. Comme je vous l'ai dit, j'aime voir des vêtements avant de les acheter ; la matière, la couleur, l'essayer, observer d'éventuel défauts... Du coup j'ai rapidement été déçue des mes expériences Vinted. Mais encore une fois, je connais des gens qui savent y trouver leur bonheur sans problème !
Pour ceux qui, comme moi, préfèrent les magasins physiques : il y a les fripes ! J'ai emménagé à Lille en septembre dernier, et j'ai enfin pu trouver mon bonheur. Ma fripe préférée est sans hésiter Slowmod, située rue Pierre Mauroy -à côté d'une adorable boutique de livres de voyages d'occasion d'ailleurs-. J'ai enfin trouvé une boutique de vêtements de seconde main agréable, dans laquelle tout est bien rangé et très esthétique, sans que les prix ne soient exorbitants. Il me semble que les prix oscillent entre 6 et 38€, ce qui reste tout à fait abordable ! Si vous passez à Lille, foncez, c'est une véritable mine d'or !

Sinon, vous pouvez retrouver des fripes un peu partout ; il suffit de trouver celles qui vous correspondent le mieux. La plupart du temps il faut fouiller un peu, mais vous pouvez trouver de vraies perles rares.

L'autre alternative : modifier vos propres vêtements ! J'en parlais déjà ici, mais j'aime garder les mêmes vêtements pendant looongtemps, quitte à ne pas les porter pendant quelques temps ; du moment que je finis par les remettre après ! La robe que vous voyez ci-dessus était à ma mère. Je l'ai toujours adorée mais malheureusement mon buste était trop large et je n'arrivais pas à fermer la fermeture qui se trouve dans le dos. Je l'ai gardée pendant des années dans l'espoir de finalement en faire quelque chose. Le confinement -que je passe avec une couturière hors pair- m'a permis de finalement atteindre mon objectif ! On a décidé de rajouter une bande de tissu blanche de chaque côté, allant de la manche à la poche. Je suis plus que fan du résultat, et je peux enfin la porter !

Vous pouvez trouver des machines à coudre à moindre coût sur des sites comme Le Bon Coin, ou vous pouvez profiter d'offres exceptionnelles dans des magasins Lidl. Je viens justement de m'en acheter une, et je pense que ça va être un très bon investissement. J'ai hâte de me faire plein de nouveaux vêtements avec ceux que j'ai déjà ahah !

Pour finir cet article en beauté, je suis obligée de vous parler de la talentueuse Clara Victorya. Si vous ne la connaissez pas encore, je vous invite vivement à aller regarder ses vidéos sur YouTube. Elle est adepte des vêtements vintages et passe son temps en fripes. A partir des vêtements qu'elle déniche, et à l'aide de sa machine à coudre, elle fait des merveilles ! Le résultat est toujours bluffant et sublime, ça donne envie d'en faire autant. Je vous laisse découvrir l'une de ses vidéos ci-dessous, en espérant qu'elle vous fera passer à la seconde main.

Sur Instagram, je vous conseille vraiment les comptes @claravictorya, @julietbonhomme, @rosabohneur & @lesoubliesduplacard pour faire le plein d'inspiration ! -et n'hésitez pas à me rejoindre sur mon propre compte Instagram, @douceseffrontees-.

Et vous, où en êtes-vous côté mode ? Quelles sont les marques éthiques que vous aimez ?
Douces effrontées

P.S.: si vous recherchez des marque éthiques, le générateur d'Iznowgood vous sera bien utile ! Vous pouvez le trouver juste ici.

You Might Also Like

12 commentaires

  1. Coucou
    J'avais abordé un sujet similaire sur mon blog ;-)
    ça fait plaisir de voir qu'on est de plus en plus à faire attention à cette problématique !
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Je passerai jeter un coup d’œil avec plaisir alors. Oui clairement et ça fait du bien de se réinventer aussi :)

      Des bisous

      Supprimer
  2. Hello,
    Super intéressant comme article! Pour ma part, j'achète pratiquement tous mes vêtements sur Vinted car j'ai un peu de mal avec les fripes, en tout cas celles près de chez moi!
    Belle journée,
    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, merci beaucoup !
      Moi c'est l'inverse ahah. Mais c'est sûr que si je n'habitais pas à Lille, il serait sûrement beaucoup plus compliqué pour moi de m'habiller en fripes.

      Bonne journée à toi aussi !

      Supprimer
  3. Très intéressant comme article, j'irai surement voir la série! C'est chouette qu'on soit de plus en plus à faire attention à la provenance de nos vêtements et c'est vraiment important.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Oui je suis tout à fait d'accord avec toi.
      Bisous

      Supprimer
  4. Bonjour,
    comme toi depuis environ un an je réfléchi différemment avant d'acheter un vêtement, j'ai pu acheter quelques pièces éthiques surtout pour la lingerie et pour tout le reste vive la seconde main!
    Je fais partie des gens qui trouvent leur bonheur sur Vinted, enfin pas toujours mais vu les millions d'articles dessus on peut y trouver vraiment ce qu'on recherche sans trop de problèmes.
    J'ai entendu parler de Slowmod dans le podcast Seconde, si je passe à Lille j'adorerai y faire un tour ça a l'air super!!
    Je te souhaite une bonne journée,
    Maria

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello !
      Oui ahah, la seconde main c'est vraiment sympa je trouve. Il y en a pour tous les goûts, tous les prix, et ça permet de trouver des pièces vraiment originales. Je chine aussi pas mal dans les affaires de mes proches !

      Il faudrait peut-être que je me mette à Vinted finalement ahah, pour l'instant j'ai encore un peu de mal à acheter de la seconde main en ligne.

      Oh je ne connais pas le podcast, j'irai écouter ! En tout cas je suis complètement fan de Slowmod, c'est l'un de mes endroits favoris de Lille.

      Bonne journée à toi !

      Supprimer
  5. Hello ! Super intéressant ton article! Pour ma part j'adore Vinted, mais j'avoue craquer environ 1-2 fois par an chez mango par exemple pour acheter des basiques que je n'ai pas, ou qui ne me vont plus...J'espere un jour pouvoir m'en passer totalement et consommer QUE local-éthique ou seconde main!
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Merci beaucoup ! Je comprends, il m'arrive encore d'acheter quelques pièces chez Stradivarius ou Mango, mais j'arrive de plus en plus à m'en passer. Au final je pense que le principal est de faire de son mieux, et d'y aller progressivement pour ne pas se décourager.

      Des bisous !

      Supprimer
  6. Coucou ma belle!
    Merci pour cet article hyper intéressant du début à la fin !! J'essaie de limiter au maximum mes achats vêtements dans les grandes enseignes sauf afin d'acheter quelques basiques qui vont durer dans le temps. J'ai très envie d'aller faire le tour des friperies de ma ville 🙂
    Des bisous
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello !
      Merci à toi pour ton gentil commentaire ! J'essaie aussi, mais ce n'est pas toujours évident je l'avoue. Franchement vas-y, ça vaut souvent le détour -en fouillant un peu ahah-. :)
      Des bisous

      Supprimer

Merci de laisser un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ✿